Comment recruter un médecin ?

Parce que chez BRM Conseil nous savons que recruter un médecin n’est pas une tâche facile, nous sommes là pour vous aider !

Les 3 étapes pratiques pour recruter un médecin 

Étape 1 : Rédiger une annonce médicale

Que l’on confie son recrutement de médecin à un cabinet spécialiste du recrutement médical comme BRM Conseil, ou que l’on décide de recruter un médecin par ses propres moyens, il est indispensable de rédiger une annonce médicale bien détaillée. Dans la mesure du possible, l’annonce d’emploi médecin doit être rédigée par un médecin de la même spécialité et qui exerce déjà dans le service concerné par l’offre d’emploi médecin. A défauit la rédaction de l’annonce médecin peut être effectuée par un cabinet de recrutement médical. L’annonce d’emploi médicale rédigée doit mettre en avant les atouts de l’établissement de santé ainsi que les pathologies prises en charge.

Le canidat à l’emploi médical doit pouvoir y trouver une description détaillée du service ainsi que l’organisation hiérarchique. L’existence de gardes et/ou astreintes ne doit pas être oubliée. Il ne doit pas manquer, le nombre de consultations que devra effectuer le praticien. Est-ce que médecin recruté travaillera dans un service des urgences, dans un Cabinet médical ou dans une Maison de santé ou une MSP?

Une offre d’emploi médecin doit contenir le lieu d’exercice exact et préciser si le médecin recruté aura à faire des déplacements ou pas sur d’autres sites.

Il est vivement recommandé à l’établissement qui cherche à recruter un médecin de recourir aux services d’une agence de recrutement médical pour l’assister dans cette tâche.

Étape 2 : Diffuser son offre d’emploi médecin

Lorsque l’on a rédigé son annonce d’emploi médecin et après avoir déterminé le profil médecin que l’on cherche à recruter il convient de faire connaître son offre d’emploi. Pour ce faire, plusieurs options sont disponibles. D’abord on peut faire appel à son propre réseau pour trouver un médecin. Nous faisons tous partie de groupes rassemblés par centres d’intérêts. Il existe de nombreux groupes professionnels, d’anciens collègues, amis, bref faire connaître son besoin de recrutement médical à son réseau. On peut diffuser son offre emploi médecins dans la presse spécialisée ou sur un site de recrutement médical

Étape 3 : Confier son recrutement de médecin à un cabinet spécialisé

Si malgré tout ce travail on ne parvient toujours pas à recruter un médecin ; alors il est temps de faire appel à un cabinet de recrutement médical.

L’objection souvent rencontrée lorsqu’il est question de faire appel aux services d’un recruteur médical est celle du coût de la prestation. Le tarif pour recruter un médecin représente à peu près un mois de salaire chargé du médecin recruté. Les directions d’établissement devraient plutôt porter leur attention sur la proposition de valeur que leur fait le cabinet de recrutement de médecin. En effet ce qui coûte cher c’est de rester sans médecins, de fermer un service faute de médecins voire de faire fonctionner un service exclusivement par des médecins intérimaires. Il est évident que les honoraires d’un cabinet de recrutement de médecins ne sont pas si élevés lorsqu’ils sont rapportés au bénéfice qu’en tirent les établissements ou encore les villages qui parviennent finalement à recruter leur médecin. Ne surtout pas hésiter à solliciter une agence de recrutement médical, au moins pour avoirun devis pour recruter un médecin.

Recruter un médecin est un travail de longue haleine, qui requiert patience, empathie, discipline et diplomatie.

Au 1er janvier 2018, la France comptait 226 000 médecins en activité dont 45 % sont des médecins généralistes. Selon une étude de la DREES, 30% des médecins exerçant en France ont plus de 60 ans et 47 % ont 55 ans ou plus, avec un âge moyen aux alentours de 51 ans. Selon la même étude, 15 % de ces nouveaux médecins inscrits au conseil de l’ordre en France sont des médecins à diplômes étrangers.

La profession médicale a ses particularités comme toutes les autres, mais une chose est sûre concernant l’emploi médecin c’est qu’il n’est pas facile de recruter un médecin. Le recrutement médical n’est pas un exercice à prendre à la légère et ne s’improvise absolument pas.

Communes rurales, Centre Hospitaliers, Associations, Cliniques privées, Services de Santé au Travail ou toute autre institution qui cherche à recruter des médecins font face aux mêmes difficultés. Les médecins sont rares et il n’est pas évident de pourvoir les offres d’emplois ; pourtant les besoins de recrutement de médecin sont bien présents et les populations sont en attente.

Même lorsqu’ils publient des annonces médicales sur les sites de recrutement médical, les médecins ne se pressent pas pour répondre aux offres d’emplois. C’est dire qu’il y a un véritable problème dans l’emploi médecin en France, alors que selon une étude de profil médecin, la densité moyenne de médecin par habitant est 153 médecins généralistes pour 100 000 habitants.

Alors comment se fait-il que les établissements de santé peinent à recruter des médecins ?

Recruter un médecin pour une commune rurale ou un établissement de santé

Il est bien connu que les zones rurales désormais appelées pour certaines des déserts médicaux rencontrent de très grandes difficultés pour recruter et fidéliser les médecins. Certaines communes rurales n’arrivent ainsi pas à offrir à leurs populations un accès aux soins médicaux satisfaisant ; l’offre médicale y est insuffisante. Il est recommandé aux élus locaux d’agir non pas de manière isolée, mais de concert avec d’autres professionnels de santé et des professionnels du recrutement médical. L’idée étant de concevoir une offre de soins pluridisciplinaire de manière à favoriser l’installation pérenne et complémentaire de professionnels de la santé (médecin généraliste et spécialiste, professions paramédicales…etc.). Ainsi la commune va pouvoir réunir les professionnels de disciplines différentes; créant ainsi des Maisons de santé pluridisciplinaires.

BRM Conseil vous propose des professionnels de la santé qui répondent à vos besoins

Cette approche nous semble bien plus favorable à l’emploi médecin. La cerise sur le gâteau serait pour la commune de pouvoir offrir un emploi salarié au médecin. Dans ce cas on pourrait imaginer que le médecin serait rémunéré par la commune ou la communauté de communes. La démarche permettrait aux communes des zones rurales d’offrir à leurs populations un accès aux soins plus adapté, car la zone deviendrait plus attractive pour les médecins et faciliterait le recrutement médical.

D’excellentes conditions de travail pour recruter les médecins

Outre leur intérêt porté à l’attractivité géographique du lieu où se situe l’établissement, les médecins à l’écoute d’opportunités d’emplois regardent d’abord les conditions d’exercice. Est-ce que le service connaît un nombre de départs élevé ? En effet un service dans lequel les médecins recrutés ne restent pas est signe de mauvaises conditions de travail.

Les médecins sont de plus en plus attachés à leur qualité de vie au travail. Un établissement qui cherche à recruter des médecins doit avoir conscience de cette préoccupation. Le fait est que bon nombre d’établissements surtout publics ne parvenant pas à embaucher les médecins, les fidéliser et stabiliser les équipes ont recours systématiquement à de l’intérim médical. Faire appel fréquemment à des médecins intérimaires revient à mettre un pansement sur une jambe de bois, car ça ne règle pas le problème de l’attractivité de l’établissement dans la communauté médicale. Au contraire, cela nuit à l’image de marque du service et met à mal le recrutement de médecins dans l’établissement.

Lorsque l’on parle de conditions de travail, il est important de mentionner l’aspect de la rémunération. En effet le salaire du médecin est un critère majeur dans la réussite d’un recrutement médical. Les salaires de médecins à l’hôpital public sont connus ; c’est la grille indiciaire qui est fonction du nombre d’années d’expérience qui détermine le niveau de rémunération du médecin. Or les praticiens estiment parfois que les salaires des médecins à l’hôpital ne sont pas assez élevés. C’est la raison pour laquelle de plus en plus de médecins décident de travailler soit comme médecin intérimaire ou encore sous le statut de praticien clinicien. Ces deux formules offrant des niveaux de salaire bien plus élevés que le salaire de Praticien Hospitalier ou le salaire de Praticien contractuel.

Direction et équipes médicales doivent s’accorder lors d’un projet pour embaucher un médecin

Lorsque l’on envisage de recruter un médecin, il est important que la direction de l’établissement travaille de concert avec l’équipe médicale en place, sur la nouvelle organisation qui sera effective avec l’arrivée du médecin supplémentaire. Cela permettra d’évaluer de manière pertinente les besoins de recrutement de médecin ou au contraire de se rendre compte qu’il n’est pas si nécessaire de lancer un recrutement. Cette phase est très importante car si elle est négligée, l’arrivée d’un ou plusieurs médecins pourrait désorganiser le service.

Lorsqu’il s’agit de proposer un emploi médecin dans le cadre d’une installation libérale en clinique, cette question prend tout son sens. Il arrive parfois que la direction de la clinique ne soit pas alignée avec l’équipe médicale en place sur le fait de recruter ou non un autre médecin.

Les établissements doivent faire l’effort de tenir compte de la réalité de la population médicale en France

30% des médecins exerçant en France ont plus de 60 ans et 47 % ont 55 ans ou plus, avec un âge moyen aux alentours de 51 ans. Il arrive parfois que des praticiens cherchent à travailler en cumul emploi retraite mais se voient refuser de manière sournoise l’accès à l’emploi du fait de leur âge. Certains établissements leur préfèrent des médecins plus jeunes. Or l’expérience montre que la jeunesse n’est pas nécessairement un gage de pérennité et de stabilité de l’équipe médicale. En effet la mobilité professionnelle est bien plus importante chez les jeunes médecins (entre 30 et 45 ans), que chez les médecins plus âgés. Ces derniers changent moins d’emplois que leurs confrères plus jeunes.
Share This