Le médecin anesthésiste suit chaque patient devant subir une intervention chirurgicale. Sa double compétence d’anesthésiste-réanimateur favorise son accès à l’emploi. Selon ses perspectives de carrière, l’anesthésiste officie en hôpital ou en centre de soins. Plurielle, cette activité professionnelle s’organise autour de quatre pôles principaux.

La consultation préopératoire

Lors de la consultation préopératoire, l’anesthésiste accueille le patient. Il évalue son état général. Les nombreuses questions à propos des allergies, des opérations antérieures ou des traitements en cours requièrent patience et précision. En fonction des informations recueillies et de l’âge du patient, l’anesthésiste détermine la technique d’endormissement la plus adaptée.

Le médecin joue un rôle important dans l’approche psychologique du malade. Rassurant, il répond à ses interrogations. La clarté de son propos influence l’état d’esprit du patient. Il maîtrise le déroulement de l’intervention. Il envisage le protocole à mettre en place après la chirurgie. Ces consultations occupent une place régulière dans son activité.

L’anesthésie générale et le réveil

En cas d’anesthésie générale ou locorégionale, le médecin applique le masque diffusant le gaz ou effectue l’injection par intraveineuse. En collaboration avec le chirurgien, il manœuvre le matériel nécessaire à l’opération. Il utilise les électrodes, suit les moniteurs. Il surveille l’état du patient.

S’il doit intervenir, l’anesthésiste-réanimateur active les défibrillateurs et appareils d’oxygénation. Un infirmier anesthésiste l’assiste dans son travail. Par l’aspect incertain des opérations, le volume horaire passé en salle d’opération impacte la charge de travail du spécialiste. Imprévus, reports garantissent une carrière d’anesthésiste sans monotonie.

Le suivi postopératoire

Après l’intervention chirurgicale, le médecin anesthésiste suit le patient en salle de réveil. Il s’assure de la tolérance de l’opération. Il met en place le suivi postopératoire. Destinée à mesurer et gérer la douleur, cette phase demande une adaptation aiguë au malade. Des sollicitations ponctuelles interviennent afin de modifier les traitements en fonction de la convalescence du patient.

La réanimation

Par sa qualification de réanimateur, le médecin anesthésiste pratique également en urgence. En cas d’accident, de situations critiques, sa disponibilité est obligatoire. Réactif, le médecin pratique la réanimation médicale auprès des patients en détresse respiratoire ou en arrêt cardiaque. La réanimation chirurgicale se pratique après une lourde opération. La pratique d’une réanimation spécialisée, en neurochirurgie ou auprès des grands brûlés, détermine l’organisation du travail de l’anesthésiste.

La charge de travail du médecin anesthésiste est importante. Exercé en Centre Hospitalier Universitaire, le métier de réanimateur s’effectue aux urgences. Dans les autres centres hospitaliers ou les structures de soins, la polyvalence définit cette carrière médicale. Indispensables, ces postes doivent être pourvus rapidement. Les cabinets de recrutement spécialisés recensent les emplois d’anesthésiste disponibles.

Share This