Le salaire des médecins généralistes libéraux est constitué du tarif des consultations et d’enveloppes complémentaires. La moyenne nationale de leurs bénéfices non commerciaux avant impôts s’élève à 78 000 euros, soit environ 6 500 € par mois. Mais de quoi se compose exactement le salaire d’un médecin généraliste libéral ?

Base de salaire du médecin généraliste libéral

Il faut savoir que la rémunération d’un médecin généraliste libéral dépend de plusieurs facteurs.

Il s’appuie d’abord sur un tarif conventionné de base, auquel peuvent s’ajouter majorations et dépassements d’honoraires. Le tarif d’une consultation chez un médecin conventionné de secteur 1 est de 25,00 €. Contrairement à un médecin de secteur 2, il ne peut demander de dépassement d’honoraires.

Pair ailleurs, pour limiter ces pratiques de dépassements, ces médecins libéraux ont la possibilité d’adhérer à l’OPTAM (Option Pratique Tarifaire Maîtrisée). Ils peuvent ainsi se voir offrir une prime annuelle valorisant leurs tarifs conventionnés à hauteur de 8,60 %.

Les majorations de tarifs varient quant à elles de 5,00 € à 60,00 €. Elles correspondent généralement à certains actes tels que les déplacements à domicile, les actes de nuit, etc.

Le salaire du médecin généraliste dépend aussi de l’environnement dans lequel il exerce. Le Forfait Patientèle Médecin Traitant (FMPT), est réservé aux médecins de secteur 1 et aux adhérents de dispositifs de pratique tarifaire maîtrisée (Optam et Optam-CO). Il est calculé annuellement, selon le nombre de patients ayant déclaré un médecin traitant, en tenant compte de caractéristiques liées à leur âge et leurs pathologies.

Enfin, lorsque la part de patients bénéficiaires de la CMU-C d’un médecin libéral est supérieure au taux moyen national, son salaire peut-être majoré jusqu’à 25 %.

Charges déductibles et abattements forfaitaires

Un médecin généraliste libéral peut bénéficier d’une déduction des frais réels liés à l’utilisation de son véhicule et/ou d’une indemnisation kilométrique. Ses frais de repas peuvent être remboursés à partir de 4,80 € et jusqu’à 18,60 €.

La somme des loyers versés à un tiers dans le cadre de son activité est déduite, de même qu’un possible « loyer à soi-même » si son cabinet est situé dans l’habitation dont il est propriétaire.

Ses charges de matériel d’une valeur inférieure à 500,00 € HT sont déduites immédiatement. Si leur valeur est supérieure à 600 € HT, elles sont amorties annuellement comme des immobilisations.

Enfin, le médecin libéral se voit exonéré de la Contribution Économique Territoriale (CET) la première année civile de son activité. Celle-ci comprend la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) et la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE).

De plus, en cas d’adhésion à un organisme de gestion agréé, la majoration de 25 % prévue sur l’impôt sur le revenu est annulée.