Salaire médecin : comment sont rémunérées les gardes et les astreintes

12 mars 2020 | Carrière médicale

Dans la carrière d’un médecin, les gardes et astreintes peuvent s’avérer particulièrement lucratives et constituer un apport de revenu non négligeable. Bien entendu, bénéficier de ces rémunérations supplémentaires nécessite sinon de faire des sacrifices en termes de vie sociale, en tout cas de faire un effort d’adaptation quant à l’aménagement de son emploi du temps.

Est-il utile de le rappeler, une astreinte consiste à se rendre jusqu’au domicile du client tandis qu’une garde s’effectue directement sur le lieu de travail, de manière nocturne ou le week-end notamment.

Nous allons voir ici, d’un point de vue très concret, les sommes d’argent pouvant être engendrées en effectuant gardes et astreintes.

La rémunération des gardes

Les gardes sont parfois limitées à un certain nombre dans le mois. Par exemple, chez les internes en médecine générale de Nancy, il n’est permis de dépasser le montant de 1900 euros pour un mois de quatre semaines — ce qui constitue un total de 16 gardes — tandis qu’un mois de cinq semaines permet de réaliser jusqu’à 20 gardes, pour la somme de 2380 euros. Cela signifie donc que les gardes réalisées le samedi — l’après-midi et le soir, mais pas le matin —, le dimanche, les jours fériés ou encore la nuit de 20 heures à 8 heures sont rémunérées chacune environ 130 euros brut. Lors de semi-gardes, la somme s’élève à 59 euros chacune.

Les indemnités forfaitaires de pénibilité, attribuées lorsque des gardes supplémentaires sont effectuées par rapport au service normal s’élèvent quant à elles à une moyenne d’environ 130 euros pour une garde et, naturellement, 65 euros pour une semi-garde. 

Bien entendu, il ne s’agit-là que d’un exemple, certes représentatif du salaire des internes en France, mais la rémunération des gardes et astreintes d’un médecin sont mentionnées dans la convention collective des accords d’une entreprise.

La rémunération des astreintes

Contrairement à ce qui se produisait il y a quelques années, les heures passées à se déplacer pour se rendre chez un patient sont désormais soumises à une indemnité forfaitaire de pénibilité. Cette indemnisation est de 42,38 euros pour une astreinte de base à l’hôpital d’une journée — soit 21,17 euros pour une demi-journée. En ce qui concerne le salaire en lui-même, le décompte total — qui comprend à la fois le déplacement et l’intervention en elle-même est calculé selon un système d’équivalence en fonction des demi-journées de cinq heures effectuées. 

Outre les indemnités forfaitaires, les gardes et les astreintes peuvent faire l’objet de compensation sous la forme de jours de congés supplémentaires. Bien que rare, cette possibilité permet d’envisager gardes et astreintes non plus comme des freins pour mener une vie personnelle enrichissante, mais, quasiment, comme des tremplins vers un épanouissement global supplémentaire

À noter que depuis janvier 2018, la rémunération des intérimaires est limitée à environ 1400 euros brut pour 24 heures de garde. Soit dit par parenthèses un salarié peut s’opposer à une astreinte quand celle-ci est proposée uniquement par son employeur ; en revanche il n’est possible de s’y substituer quand elle fait l’objet d’un accord général.

Découvrez toutes nos offres d’emploi destinées aux médecins et professionnels de la santé.

Vous souhaitez recruter un médecin ? BRM Conseil se charge de vous en trouver un !

Share This