Emploi psychiatre : faut-il travailler en unité fermée ou ouverte ?

18 février 2020 | Psychiatre

Occuper un emploi de psychiatre n’est pas chose facile. Cela demande des qualités humaines indéniables. Sociabilité, forte implication, écoute en sont un échantillon. Il est aussi nécessaire d’être équilibré émotionnellement pour pouvoir accueillir les troubles mentaux des malades. Le but de cette profession étant que le patient retrouve une stabilité psychique ou mentale et qu’il apprenne à vivre avec sa pathologie. En choisissant une carrière en établissement hospitalier, deux choix sont possibles : travailler en unité fermée ou en unité ouverte.

La psychiatrie en unité fermée

Comme son nom l’indique, les patients hospitalisés en unité fermée ne sont pas libres de leurs mouvements. Sauf autorisation officielle, l’accès à l’extérieur est interdit. Un emploi du temps doit être aussi rigoureusement respecté. Et pour cause, une grande majorité d’entre eux n’a pas choisi d’y séjourner. Ils doivent faire face soit à une hospitalisation à la demande d’un tiers (HDT), soit à une hospitalisation d’office (HO). Pour le personnel soignant, ce paramètre est d’une grande importance. Faire face à une personne n’étant pas là de son plein gré et ayant une pathologie lourde demande une grande motivation, beaucoup de détermination et de faire preuve de patience.

La psychiatrie en unité ouverte

Travailler en unité ouverte est bien différent. La raison principale étant que les patients sont là à leur demande ou sont d’accord pour être hospitalisés. On nomme cela, une hospitalisation libre (HL). Les pathologies présentes sont moins lourdes qu’en unité fermée. Dépression, désintoxications en sont des exemples. Les patients sont libres d’aller et venir dans l’établissement du moment qu’ils sont présents pour les soins. Pour le psychiatre, cela change beaucoup les choses. Les personnes y séjournant ont conscience de leur problème et ont la volonté de se sentir mieux. Une véritable relation de confiance entre le professionnel et le soigné peut s’instaurer.

Le travail en unité fermée est donc différent de celui en unité ouverte. Les pathologies ne sont pas les mêmes, les raisons de l’hospitalisation non plus. Mais l’objectif final reste inchangé : que le patient se sente mieux et prêts, dès sa sortie, à affronter son quotidien. Pour cela, le psychiatre à la lourde mission d’écouter le patient, d’interpréter ses comportements et de soigner à l’aide de prescription médicamenteuse et thérapeutique. Il n’est pas seul à mettre en œuvre cette prise en charge. Il est accompagné et soutenu par une équipe pluridisciplinaire (infirmiers, aide-soignants, médecins généralistes…). C’est seulement avec ce travail de collaboration que le processus de soin est complet.

Découvrez toutes nos offres d’emploi destinées aux médecins et professionnels de la santé.

Vous souhaitez recruter un médecin ? BRM Conseil se charge de vous en trouver un !

Share This