Emploi médecin généraliste : un médecin généraliste peut-il travailler en unité de gériatrie ?

13 mars 2020 | Gériatre, Médecin généraliste

Tout d’abord, il faut savoir que la profession de médecin en gériatrie fait partie des mal-aimées dans la profession médicale. Pour cause : les longues consultations, les déplacements parfois en urgence, font que les médecins ne sont pas attirés a priori par cette profession. Or si les médecins gériatres ne représentent que 0,5 % du total des praticiens, les services hospitaliers comme les communes manquent de professionnels. Juste à l’heure où les baby-boomers arrivent à l’âge de la fragilité ! La situation doit trouver sa résolution. Pour les médecins qui ont choisi cette carrière, pas de chômage !

Les problématiques de la gériatrie hospitalière

Il faut garder en tête, que la gériatrie est une spécialité qui manque de personnel, y compris dans les hôpitaux. Les études initiales pour devenir gériatre se font après les études de médecine. Il faut déjà terminer son internat et passer sa soutenance de thèse, avant de s’orienter vers ce parcours qui est un Diplôme d’Études Spécialisées Complémentaires ou DESC. Le diplôme « Capacité de Gérontologie » est également accessible en reprises d’études. Ensuite, les emplois dans les hôpitaux sont les plus intéressants — les horaires ingrats, et le manque de nomenclature de la profession n’y sont pas flagrants. Ce qui est certain, c’est que cette spécialité va représenter beaucoup dans les 20 années à venir, et sera intéressante pour ceux qui embarqueront pour cette aventure.

La majorité des gériatres sont salariés dans les hôpitaux. Les professions libérales ne peuvent pas accepter beaucoup de praticiens, à cause des conditions de travail. Les mentalités évoluent à mesure que les besoins sont mieux compris. Il est essentiel, pour les jeunes médecins, de ne pas faire l’impasse sur cette spécialité. Si les consultations sont longues, le statut de salarié permet de gérer correctement les séances. Et le salaire d’un praticien reste très correct (46 k€ au premier échelon d’après Pôle Emploi, et 86 k€ au dernier échelon sur un temps plein).

Une modernité en devenir

Pour autant, ce secteur ne sera pas saturé de médecins de sitôt, et ceux qui s’y engagent aujourd’hui doivent faire preuve de dynamisme et de modernité. Par exemple, on cherche à former des médecins pour les « consultations à distance » (et pour cela on recherche de jeunes médecins). La lutte pour la reconnaissance de la profession n’est pas une fin en soi, car la situation s’impose. On peut supposer que la profession sera finalement reconnue, et bénéficiera rapidement d’un cadre de nomenclature, prenant en compte les spécificités des interventions et des consultations : c’est la voie à suivre qui permettra aux professions libérales de trouver leur place dans cette vocation.

Découvrez toutes nos offres d’emploi destinées aux médecins et professionnels de la santé.

Vous souhaitez recruter un médecin ? BRM Conseil se charge de vous en trouver un !

Share This